La gastronomie taïwanaise

Quelques photos de la gastronomie taïwanaise

Parfumée et innovante, la gastronomie taïwanaise aura connu à travers son histoire de multiples influences en provenance du Japon, de l’Occident mais surtout de la Chine. En effet, la majorité des migrants ayant quitté le continent pour peupler Taïwan venaient de la province du Fujian (voir Histoire de Taïwan). Les parfums émanant des plats en provenance de Taïwan d’aujourd’hui évoquent donc des traditions plus éloignées mais somme toute locales, un savoureux mélange entre cuisine chinoise et influences aborigènes et Hakka de l’île.

La géographie de Taïwan joue un rôle important dans la relation que les Taïwanais ont établi avec leur propre gastronomie. Si typhons et tremblements de terre peuvent apporter leur lot de difficultés, la diversité des paysages et des niveaux d’altitude accordent à Taïwan leurs bienfaits : montagnes, vallées, bassins, plaines permettent aux rizières et à une grande variété de légumes et de thés de pousser sur le territoire. Le climat subtropical de l’île favorise la cultivation de fruits (mangues, bananes…) tandis que les courants marins des deux côtés de l’île attirent beaucoup de bancs de poissons. Conscients de l’importance des produits locaux, les Taïwanais ont développé des technologies qui ont grandement amélioré l’efficacité de leur agriculture.

L’un des principaux atouts de la gastronomie taïwanaise réside dans la tolérance qu’elle accorde à ses influences extérieures : plutôt que de rejeter les éléments qui pourraient les rattacher à des souvenirs douloureux de leur histoire, les Taïwanais les ont accueillis à bras ouverts, et cherchent à travers leur propre art à les magnifier. Il n’est donc pas impossible que vous retrouviez des saveurs venant de provinces tels que Canton, le Sichuan ou le Fujian, que les Taïwanais arrivent à revisiteret magnifier.

Véritable sujet de prédilection des Taïwanais, la gastronomie occupe l’espace physique comme médiatique : les nouveaux restaurants à la mode ont le droit à leur reportage télévisé, tandis qu’il est possible de trouver de quoi se sustenter à presque chaque coin de rue. Les nouvelles tendances culinaires sont suivies de très près par la population, qui reste avant tout sa meilleure auto-critique : curieux et exigeants, les Taïwanais donneront toujours des conseils et avis pertinents sur leur propre cuisine. Les marchés de nuit sont également des endroits idéaux pour faire un tour rapide de ce que proposent les dernières tendances de la cuisine taïwanaise, très tournée vers les petits en-cas à dévorer à n’importe quelle heure de la journée.

Les immanquables de la gastronomie taïwanaise

La soupe de nouilles au boeuf 牛肉麵

L’un des rares plats pour lesquels les plus grands spécialistes en la matière sont en compétition pour savoir qui fera les meilleures nouilles au boeuf. Le plat a même son propre festival. L’avantage et inconvénient de vouloir s’essayer à ce met à Taïwan, c’est qu’on a l’embarras du choix ! En effet, il est quasi possible d’en trouver à chaque coin de rue, avec à chaque fois des variations de parfums selon le chef de cuisine : cuites à la sauce soja, épicées… Mais aussi de prix, quand un bol peut coûter parfois plus de 200€… Vous reconnaîtrez la popularité de tel ou tel restaurant à la queue de personnes qui attendent à l’extérieur.

Notre recommandation

Lao Shandong Homemade Noodles 老山東牛肉麺, situé à 5 minutes à pied de la station de métro de Ximen (croisement des lignes 3 et 5 du métro) à Taipei. Ce petit restaurant ouvert il y a plus de 50 ans n’est pas évident à trouver mais vaut clairement le détour pour ses larges nouilles et son boeuf très tendre. Ce restaurant est très populaire parmi les touristes en provenance de Hong Kong et du Japon.

Din Tai Fung 鼎泰豐

Mondialement connu et présent dans une quinzaine de pays, Din Tai Fung incarne ce qui se fait de mieux en matière de raviolis chinois ou xiaolongbao. Mais au-delà des raviolis, le restaurant offre une qualité de service et de goût de très haute tenue, peut-être ce qu’il se fait de mieux à Taïwan. Avec son large menu (près de 100 plats différents), Din Tai Fung saura éveiller votre appétit, quelles que soient vos envies : raviolis, légumes sautés, riz frit, soupes de nouilles, bouillons… Et si vous avez du mal à choisir, vous pouvez demander à l’accueil qu’un(e) serveur(se) parlant votre langue viennent vous conseiller.
On compte 7 restaurants Din Tai Fung à Taipei, un à Hsinchu, un à Taichung et un à Kaohsiung.

Le thé aux perles 珍珠奶茶

Imaginé à Taïwan, mais dont l’inventeur exact reste à déterminer, le thé aux perles est rapidement devenu une boisson iconique sur l’île et dans le monde entier. Originellement mélange de thé et de lait, auxquels sont ajouté des perles de tapioca, il est le rafraîchissement favori des Taïwanais. Après sa création dans les années 1980, il aura connu depuis bon nombre de déclinaisons, avec du café, des petits haricots rouges à la place des perles etc. Les petites échoppes vendant ce type de boissons sont monnaie courante à Taïwan et offrent une pause bienvenue surtout en période de fortes chaleurs.

Notre recommandation

Chun Shui Tang 春水堂, la maison de thé revendiquant l’invention du bubble tea, et qui a conservé son style traditionnel et offre une carte très fournie en matière de thés. Ces derniers y sont très bien représentés, vous offrant une plongée délicieuse dans la culture traditionnelle du thé de Taïwan.Il existe une quarantaine de maisons de thé Chun Shui Tang à travers Taïwan, qui proposent également de la nourriture au menu.

À essayer également (notre coup de coeur): Cha Tang Hui 茶湯會, lui aussi très répandu à Taïwan, qui offre des thés plus parfumés et des saveurs parfois assez exotiques. Ses latte et autres thés Oolong sont à ne pas manquer.

Le tofu puant 臭豆腐

C’est tout d’abord une odeur qui envahit les rues. Qui interroge sur sa provenance. Et qui provoque tout d’abord l’effroi. Et puis nous sommes finalement amenés à comprendre qu’il s’agit d’un met dont les Taïwanais raffolent. Mais comment peuvent-ils donc accepter de manger quelque chose qui sent aussi mauvais ?

Selon votre niveau de curiosité et surtout d’abnégation, vous pourrez être amenés à essayer le tofu puant, qui fait partie intégrante du paysage culinaire de l’île. Il est présent dans la majorité des marchés de nuit et beaucoup de restaurants le proposent au menu. Si la question demeure sur pourquoi des êtres humains ont été amenés à manger un met qui sent aussi mauvais, il est nécessaire d’essayer de se projeter dans une culture qui n’est pas la nôtre, et qu’une fois passée la barrière des émanations peu ragoûtantes, le tofu aura de quoi vous séduire. En effet, celui-ci vient sous différentes formes, frit comme cuit à la vapeur. Et se voit toujours associé à une sauce en accompagnement, histoire de varier les saveurs. Nous vous conseillons de l’essayer épicé (mala tofu 麻辣豆腐) si l’odeur vous dérange réellement, les épices atténuant celle-ci de manière très efficace.

Le tofu puant peut constituer un des nombreux snacks que vous aurez l’occasion d’essayer dans les marchés de nuit, celui-ci étant un met de choix pour les Taïwanais.

Un petit-déjeuner taïwanais 台式早餐

Si l’importance du petit-déjeuner est reconnue dans le monde entier, elle prend une toute autre dimension à Taïwan. En effet, celui-ci est une priorité, comme le prouvent les innombrables restaurant dédiés uniquement au petit-déjeuner, et donc ouverts seulement de 6h jusqu’aux alentours de midi. Ici, on mélange plats déjà répandus (nouilles au boeuf, milk tea…) à d’autres plus spécifiques au petit-déjeuner taïwanais, tels que des omelettes, rouleaux de riz et autres pâtisseries salées associés à des breuvages simples tels que des thés et autre lait de soja. On peut également trouver des mets inspirés de l’étranger tels que de petits sandwichs et hamburgers, qui conviennent parfaitement aux Taïwanais prenant leur petit-déjeuner assez tôt le matin avant d’aller au travail. S’essayer à un petit-déjeuner taïwanais, c’est l’assurance de plonger dès le matin la tête et le ventre pleins dans la journée qui s’annonce devant soi.